background img

Remplir son constat ou comment ne pas se tromper

Le constat à l’amiable est le document que l’assurance va utiliser pour établir votre responsabilité ou non dans un accrochage. De ce document peuvent dépendre vos indemnisations. Comment bien le remplir et quelles erreurs faut-il éviter ?

Retrouver ses esprits

Que vous soyez impliqué dans un léger accrochage ou un accident avec une autre moto, une voiture ou plusieurs véhicules en même temps, cela a toujours un impact sur votre lucidité et votre vigilance. Même un léger accrochage peut être perturbant, sans parler d’un gros accident qui risque de vous mettre dans un état de choc.

A voir aussi : Les indispensables accessoires pour garantir une conduite sécurisée à moto

Accordez-vous quelques instants pour retrouver vos esprits afin de tout analyser comme il faut et commencer à discuter du remplissage du constat à l’amiable calmement. Notez que près de 30% des conducteurs se trompent en remplissant le constat après un accident.

Se focaliser sur le recto du constat à l’amiable

Le constat à l’amiable est à remplir avec calme et discernement. Chose difficile si vous avez été touché à la tête ou sur n’importe quelle partie du corps, d’où l’importance du casque moto et des autres protections quand on remplit un constat à l’amiable.

Lire également : Comment choisir vos stickers de casque pour moto ?

La véracité et la pertinence des informations

Les compagnies d’assurance, qui sont censées vous indemniser, prennent avant tout considération des informations inscrites au recto du constat. Prenez soin de bien remplir et vérifier la véracité des informations fournies par l’autre partie dès les rubriques 1 à 5. Assurez-vous que c’est bien son numéro de certificat d’assurance qu’il a fourni par exemple.

N’oubliez surtout pas les dégâts matériels

Si des véhicules autre que votre moto et la voiture du conducteur B ou des objets ont subi des dégâts, il faut absolument cocher la case OUI des dégâts matériels à des….

Informations exactes sur les témoins

Avant de bouger les véhicules, il est conseillé de prendre des photos. Dans le cas où vous avez des témoins, n’oubliez pas de prendre leur identité et leur numéro. La présence de témoins peut aider les deux parties à se mettre d’accord sur les circonstances.

Seules les circonstances comptent

Sur le recto du constat à l’amiable, vous avez une rubrique croquis et une rubrique observation. Mais sachez que l’assureur moto prime surtout les rubriques des circonstances du constat à l’amiable. Ce sont ces rubriques qui serviront à votre assureur d’établir votre responsabilité ou celle de l’autre partie.

Vous sortiez du parking, tourniez à droite, la voiture a foncé sur vous…etc. Vous avez juste à cocher les cases correspondant à ce qui s’est passé réellement. Si aucune des cases ne correspond, il ne faut pas en cocher. Une fois que vous avez tout coché, n’oubliez SURTOUT PAS de marquer le nombre de cases que vous avez cochées.

Ne signez pas le constat

Si vous ne parvenez pas à être d’accord sur les circonstances de l’accrochage ou de l’accident léger, vous n’êtes pas obligé de signer le constat. Que vous ayez rempli la partie bleue du conducteur A ou la partie jaune du conducteur B, ne signez rien avant d’avoir tout lu et vérifié.

Par ailleurs, retenez que si vous avez choisi d’être le conducteur A ou B n’établit en rien votre responsabilité ou celle de l’autre partie. Enfin, n’oubliez surtout pas de cocher la case “blessé” même si vous ne ressentez que des douleurs, les blessures peuvent apparaître plus tard.

Catégories de l'article :
Moto